Islande : l'île sauvage…mondialisée

Une société hyper-occidentalisée…ou plutôt américanisée, et sauvage à la fois. Qui alterne sans renier son identité, hot-dogs et chasse au macareux, énormes 4x4, barbecue de compétition et tricot de laine… . Créative, féministe, elle donne une place à chacun (ou presque…) et des services au fin fond de la lande. Endettée, sera-t-elle vraiment obligée de sacrifier son air pur, son eau pure, son énergie renouvelable à volonté ? 300 000 habitants, un petit pays comme un laboratoire glacé et passionnant…

2013
Une société hyper-occidentalisée…ou plutôt américanisée, et sauvage à la fois. Qui alterne sans renier son identité, hot-dogs et chasse au macareux, énormes 4x4, barbecue de compétition et tricot de laine… .
 
Créative, féministe, elle donne une place à chacun (ou presque…) et des services au fin fond de la lande. Endettée, sera-t-elle vraiment obligée de sacrifier son air pur, son eau pure, son énergie renouvelable à volonté?
300 000 habitants, un petit pays  comme un laboratoire glacé et passionnant…
 
Le tour de l’île, depuis Reykjavik, via les fjords, les icebergs, les volcans, les geysers, les glaciers, les cascades, les étendues de lave. Via l’île de Hrisey et son unique conchyliculteur, la presqu’île sauvage.
 
Macareux, ou puffin en anglais. Charmants avec leur bec coloré et leurs nids dans les sommets, bon plongeurs, mais assez ridicules en vol… Les Islandais en font un de leurs symboles, mais n'hésitent pas à les transformer en ragoût… d'un coup de filet bien amené.
Les mêmes macareux en version multiplée et commerciale - spécial touristes
Harpa, le nouveau centre de concert et de conférences ultra-moderne de Reykjavik, s'inspire des lignes basaltiques d'un paysage millénaire…
 
Sources sulfureuses bleutées
 
L'Islande vit dans une telle sécurité, que les gamins se baladent souvent seuls ou en petite troupe…libres.
Sous les pieds, la lave… et ses millers d'espèces de mousses et de lichens qui commencent à peine à la coloniser depuis la dernière éruption… au Moyen-Age !
Les trolls se sont pétrifiés dans la mer déchaînée. Fallait pas rester dehors quand le soleil se lève…!
Courlis ?
La faille de l'Atlantique Nord-Est (celle qui nous sépare un peu plus de l'Amérique) est visible par ici…
Tricotin autour du mobilier urbain : la grande activité des villes (ici Akuyeri, la 2eme ville du pays, aussi grande que Balaruc-les-Bains !)
Troupeau de chevaux quasi-sauvages, petits et très diversifiés. Aucune autre race de chevaux ne peut entrer en Islande.
Morceaux d'iceberges détachés du glacier, dans le lagon. Ils peuvent y rester cinq ans… et prendre des formes poétiques…
…avant de fondre, ou d'être projetés vers la mer…pour s'échouer sur la plage de sable noir
Raie séchée façon vikings. Au fond, la 4x4 de rigueur
Essaim de mouches au bord du lac Myvatn
Angéliques (soigne à peu près tout) au bord du lac Myvatn
Lagopède… En hiver, il devient tout blanc, malin !
Le passage des énormes moissonneuses-batteuses-endaineuses, font les foins sur les pseudo-cratères au bord du lac Myvatn
Sterne arctique, prête à attaquer
La piscine ultra-chic : chaque "ville" de 300 habitants se doit de s'en équiper. C'est la base de la sociabilité ! (surtout l'hiver, dans l'eau chaude)
Cascade double ! L'eau à seaux…Grâce à l'hygroélectricité, l'Islande est autonome en énergie et l'eau est quasi-gratuite… Est-ce une raison pour brader sa nature prolixe à des multinationales sous prétexte de réduire sa dette ? Déjà qu'on vit à crédit par rapport aux ressources planétaires…
Petite église sur l'île de Hrisey (dans un fjord)
Ceci n'est pas un gabian (goëland)… ni une mouette. Encore une espèce d'oiseau de mer, ravie de pouvoir chipper u peu depoisson fraîchement pêchée
Presqu'île perdue dans la brume… à 22 heures.
Personne à des kilomètres à la ronde, depuis le cratère
Lers couleurs de la lave
Vue sauvage depuis un hôtel super chic avec sculptures de canards raffinées et alcools de tous pays…

Vous pouvez aussi apprécier…

Moctar, dans le désert lybien
Impossible de se perdre dans le désert avec Moctar, le Touareg qui connaît l'Akakus comme sa poche. De nuit, de jour, à dromadaire, et avec ses gravures rupestres.
2006
Ploumanach by night
Dans les ciels de petit matin breton, les rochers roses impriment leur silhouette. Avec pour seul témoin, une colonie de goëlands…
2014
Participez ! Entrez dans mon Tipee !
Youyouyouyouyou ! Pour en voir plus, il faut des Sioux !
2015
Visages d'Israël
D'Israël, les médias montrent surtout les soldats et les affrontements avec les Palestiniens. Mais qui imagine une population aussi métissée, où cohabitent des personnes d'origine géographique, de religion, et de degré de pratique très différentes ? Petit aperçu.
2014
Nostalgie cévenole
Dernier printemps à la Roquette. Ludo et ses enfants doivent quitter le gîte qu'ils tiennent et où ils vivent depuis 12 ans. Au bout d'une piste, en pleine nature cévenole isolée, et tellement belle.
2015
Gyp-sea
Danses, prières, mer et chevaux. En bordure de la cérémonie de Pentecôte des Saintes-Maries de la Mer, les Gitans s'offrent une tranche de vie commune, immergés dans la musique et la Méditerranée.Clins d'oeil festifs.
2015
Sète à têtes
Des portraits d'inconnus bourrés de talent et d'envies positives comme de personnalités locales : rencontres de cœur avec près de 200 Sétois…
2014
Rapports
Dossiers réalisés lors de colloques (via l'entreprise Averti) Rapports de stages de développement agricole (Agro Paris-Tech) aux Îles Fidjis et au Cameroun.
2004
Les nuits de la Saint-Louis
La photo, un sport de contact ? Oui, au moins pour le tournoi de la Saint-Louis. Côté « off ». Un paroxysme de fête, d'amour, de tradition. L'action de la sécurité, un excès des bars à quai. Nous n'arpentons qu'une poignée de rues, mais les sandales souffrent. Chaleur, foule : l'exercice est intense. Physique, même.
2012
Les CP font des photos - 1
Les enfants de CP-CE1 de l'école Marcel-Pagnol tirent des portraits aux enfants des autres classes. Ils sont créatifs, je suis fière d'eux ! - Projet scolaire.
2015
Back to Top