Les nuits de la Saint-Louis

La photo, un sport de contact ? Oui, au moins pour le tournoi de la Saint-Louis. Côté « off ». Un paroxysme de fête, d'amour, de tradition. L'action de la sécurité, un excès des bars à quai. Nous n'arpentons qu'une poignée de rues, mais les sandales souffrent. Chaleur, foule : l'exercice est intense. Physique, même.

2012
La photo, un sport de contact ? Oui, au moins pour le tournoi de la Saint-Louis. Côté « off ». Pendant ces trois jours de fête, en cette fin août 2012, nous jouons en équipe de onze, catégorie non-pro. Notre terrain de jeu : autour du bassin de joutes. En lisière du « cadre Royal » sétois.
 
Allez, dispersion dans la mêlée des enfants jouteurs trempés, des filles affublées de babioles clignotantes, des ados alcoolisés sur les tubes de l'été. Nos regards en radars, à l'affût des looks, des détails et et des attitudes qui claquent. Stratégie : aborder les passants, les convaincre de jouer leur propre rôle et les transformer en modèles, au contact de notre appareil photo —des numériques mini, ou réflex toutes options, selon –. Ou bien saisir une opportunité de jeu, capter au vol une scène sur le vif. Un paroxysme de fête, d'amour, de tradition. L'action de la sécurité, un excès des bars à quai. Nous n'arpentons qu'une poignée de rues, mais les sandales souffrent. Chaleur, foule : l'exercice est intense. Physique, même.
 
Temps mort : repli, un brin désordonné, vers le QG – la Maison de l'image documentaire, dans l'ancien collège Victor-Hugo. Là nous attend le photographe Gilles Favier himself. sourire en coin. « 80% d'une photo, c'est le re-la-tionnel ! » martèle l'entraîneur. Yeux cernés, voûtés face aux ordinateurs, nous déchargeons nos moissons de photos de la demi-journée, ou de la nuit précédente.
 
Façon gais zombies. Scruter, comparer, s'exclamer, sélectionner. Rire, bavasser, resélectionner. « Soyez plus méchants ! Choisir, c'est souffrir. » Pas d'attachement, trancher dans le vif. Pour pouvoir, enfin, se régaler d'une projection. Et, après un buffet sur le pouce, repartir, pour certains, rôder autour de la finale des « lourds »… Redispersion dans le Grand Sud, retrouvailles dans cette expo collective. Pour certains d'entre-nous, une première. Comme une cerise sur le pavois.
 
Exposition collective en octobre 2012 à la librairie l'Échappée Belle à Sète
 

Vous pouvez aussi apprécier…

Sète identité
Culture populaire et histoire vécue font bon ménage. Faut-il dépoussiérer un peu, beaucoup ou pas du tout ?
2014
Viticulteurs en Terre Apiane -2
Le muscat coule à flot en Terre Apiane, à Vic et Mireval (34). Taille, labour, embouteillage, sous-tirage, et plantation conviviale : les gestes de viticulteurs artisanaux- Opus 2
2015
Sète l'italienne
Sète a vu débarquer de nombreux Italiens du Sud, poussés par la misère. Pêcheurs ou agriculteurs, ils ont tenté de s’intégrer, jusqu'à conférer une identité particulière à plusieurs quartiers, à la gastronomie et aux expressions courantes. Article paru dans le magazine Radici.
2014
Jeunes agriculteurs mag
Des reportages auprès des jeunes agriculteurs, dans toutes les régions de France À la recherche de solutions astucieuses pour faire des économies, et en faire bénéficier l'environnement. Ou l'inverse.
2007
Portraits Niger et Mali
Portraits au Niger et au Mali
2005
Participez ! Entrez dans mon Tipee !
Youyouyouyouyou ! Pour en voir plus, il faut des Sioux !
2015
Vignerons en Terre Apiane
Entre Vic et Mireval dans l'Hérault, des vignerons développent des muscats savoureux, avec des méthodes artisanales. Vendanges, vinification et commercialisation de vin de Terre Apiane.
2014
Moctar, dans le désert lybien
Impossible de se perdre dans le désert avec Moctar, le Touareg qui connaît l'Akakus comme sa poche. De nuit, de jour, à dromadaire, et avec ses gravures rupestres.
2006
Écotourisme en Martinique
L’alizés et le cyclone, le vert et le bleu, les corps qui dansent le zouk : sur l’île aux fleurs, tout est collé-serré. Surtout les habitants. Avec une des plus fortes densités de population des Antilles et un niveau de vie qui ne cesse de grimper, la Martinique a tendance à bétonner son paradis. Alors, les actions de protection se multiplient et les acteurs de l’écotourisme tendent à se regrouper.
2014
Ushuaïa magazine
Défendre la liberté des peuples premiers — Bushmen du Botswana, Moken de Birmanie —, raconter les animaux de l'Arctique, d'Éthiopie, d'Himalaya ou d'Australie… c'est dans Ushuaïa mag !
2007
Back to Top